Semaine « sous le manteau de Marie »

Chargement Évènements

Cette année la fête de l’Assomption (15 août) aura lieu un jeudi, au milieu de la semaine.

Nous l’entourerons pas une « semaine mariale » où nous nous abriterons « sous le manteau » maternel de la Vierge.

Au programme :  enseignements, temps de prière, de lectio divina… avec l’équipe du sanctuaire

Le manteau de Marie

Marie nous enfante. Les artistes ont représenté cette vérité avec le manteau de Marie. Au XII° siècle, à l’époque de saint Bernard, Marie est représentée avec un grand manteau entourant tous ses enfants.

Les Carmes et Carmélites portent le scapulaire qui représente le manteau de Marie. Ils pensent qu’ils sont protégés par le manteau de Marie.

La petite Thérèse l’a expérimenté. Elle a reçu une grande grâce mariale quand elle a été guérie par le sourire de Marie aux Buissonnets. A l’âge de seize ans et demi, quelques mois après avoir pris l’habit de carmélite qu’elle revêtit en janvier, en juillet, elle expérimente qu’elle est sous le manteau de Marie. Elle est en train de prier dans un petit ermitage marial du jardin, elle sent subitement qu’elle est enveloppée sous le manteau de Marie. Elle n’en parle à personne pour ne pas être envahie par toutes les questions qu’on lui avait posées lors de sa guérison quand la Vierge lui a souri. Cette expérience a complètement transformé et développé sa dévotion mariale. Pendant huit jours, elle s’est sentie enveloppée dans le manteau de Marie. C’est en juillet 1897, à la fin de sa vie quand on vient de la descendre à l’infirmerie et qu’elle pense qu’elle va mourir dans les jours qui viennent, qu’elle raconte cette expérience. Elle l’a fait pour expliquer comment elle a vécu sa dévotion mariale. Elle confie cela à sa sœur, Mère Agnès mais sans s’y attarder. On comprend pourquoi Thérèse aimait parler du manteau de Marie dans ses poésies :

« O Vierge immaculée,
c’est toi ma douce étoile, qui me donne Jésus et qui m’unis à Lui.
O Mère, laisse-moi reposer sous ton voile, rien que pour aujourd’hui. »

Grignion de Montfort, Jean Paul II nous enseignent que Marie nous entoure de sa protection, de sa prière. Nous sommes en Marie, comme sous un manteau plein de tendresse qui nous protège du mal.

Ayons la simplicité de recourir à ce manteau, de nous y blottir. Plus nous le ferons, plus Marie nous aidera à nous précipiter dans les bras de Jésus. ; à nous laisser embrasser par les bras de Jésus. (cf site de l’Étoile Notre Dame)

Partagez cette information sur votre réseau !

Titre

Aller en haut